Docteurs en 2016 |

Dimitrios Antoniou

Equipe(s) : GEHM
Laboratoire(s) de rattachement : CRH

Sujet et direction de thèse

Droit et justice en Grèce sous la monarchie absolue (1833-1843), sous la direction de Marie-Elizabeth Mitsou.

Thèse soutenue le 3 juin 2016, sous la direction de Marie-Elisabeth Mitsou (Directrice d'études EHESS), devant un jury composé de Nicos Alivizatos (Université Nationale et Capodistrienne d'Athènes), Meropi Anastassiadou (INALCO), Efi Avdela (Université de Crète), Anne Couderc (Université Paris I) et Paolo Napoli (EHESS);
mention très honorable avec les félicitations du jury.

Résumé : Cette thèse porte sur la mise sur pied et le fonctionnement de l’appareil de justice pénale en Grèce juste après son indépendance. La période retenue dans ce travail est celle de la monarchie absolue, c’est-à-dire de 1833, avec l’accession au trône du jeune prince bavarois Othon, jusqu’en 1843, où une révolte de l’armée l’obligea à octroyer une constitution. L’argument central est que la royauté nouvellement instaurée s’efforce de créer certaines structures étatiques de base par lesquelles elle aspire à saisir progressivement le contrôle du territoire et de monopoliser la violence légitime. Dans une première partie la thèse se concentre sur les rapports entre l’État et les justiciables. Les perceptions, tant officielles que populaires, de la déviance et du crime sont examinées dans le premier chapitre. Le second chapitre est consacré au brigandage, qui constitue la cible par excellence des instances. Les gens et les lieux de déviance, ainsi que l’arsenal extrajudiciaire mis en place par les instances étatiques sont abordés dans les chapitres suivants. Dans un second temps, l’analyse poursuit la mise sur pied des instances judiciaires. La constitution du corps de la magistrature, l’introduction d’un nouveau cadre normatif cohérent, largement emprunté aux législations occidentales ainsi que la formation et le fonctionnement des nouvelles structures judiciaires, les tribunaux, sont examinées dans la seconde partie de notre travail. Enfin, la troisième partie se focalise sur l’arsenal pénal mis en vigueur. L’administration des peines, les efforts pour la mise en place d’un système pénitentiaire et la question de la peine capitale constituent l’objet de la troisième et dernière partie de la thèse.

cnrs
ehess

flux rss  Actualités

"Croire en l'histoire ?"

Table ronde - Samedi 20 novembre 2021 - 10:00Du 18 au 21 novembre se déroule à Marseille la 28è édition des recontres d'Averroès, événement invitant un large public à penser la Méditerranée des deux rives. Avec un thème différent chaque année, quatre tables rondesjalonnent les quatre jours de la manifestation, dont le programme est enrichi de différents formats (tables rondes, concerts, spectacles, lectures) en résonance avec.  le thème.Dans le cadre de l'édition  2021 sur le thème "Croyance(...)

Lire la suite

Autour de l'ouvrage d'Antoine Lilti

Débat - Lundi 3 février 2020 - 14:00Les Lumières sont souvent invoquées dans l’espace public comme un combat contre l’obscurantisme, combat qu’il s’agirait seulement de réactualiser. Des lectures, totalisantes et souvent caricaturales, les associent au culte du Progrès, au libéralisme politique et à un universalisme désincarné.Or, comme le montre ici Antoine Lilti, les Lumières n’ont pas proposé une doctrine philosophique cohérente ou un projet politique commun. En confrontant des auteurs em(...)

Lire la suite

Ce que les artistes font à l'histoire

Journée(s) d'étude - Lundi 20 janvier 2020 - 09:30Journée organisée par la revue Passés/Futurs et le Fonds RicoeurJournée organisée par Sabina Loriga (EHESS) et Olivier Abel (Fonds Ricoeur)Après Nietzsche, la conscience historique a été ressentie comme une « fièvre », une entrave à la compréhension profonde de l’expérience humaine, à son appropriation présente. Paul Valéry, Virginia Woolf, Italo Svevo, partageaient le sentiment exprimé par Stephen Dedalus dans l’Ulysse : l’histoire est un ca(...)

Lire la suite

EHESS
CRH - GEHM
54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : 33 (0)1 49 54 25 74

vuckovic@ehess.fr
 

Dernière modification :
02/06/2022