GEHM

Présentation

Le groupe d’études sur les historiographies modernes réunit des chercheurs travaillant sur les différentes façons d’écrire l’histoire dans les sociétés modernes, depuis les formes savantes d’historiographie, plus ou moins institutionnalisées, jusqu’aux usages politiques, mémoriels, juridiques, littéraires et artistiques du passé.


L'hypothèse qui soutient les activités du groupe est que de nouveaux rapports au passé et à l’écriture de l’histoire ont émergé en Europe à partir de la Renaissance, puis plus nettement, au siècle des Lumières et au XIXe siècle. Ces formes particulières d’historicité, qui constituent un trait marquant des sociétés modernes, ont sous-tendu les pratiques de l’histoire savante au XXe siècle. Fondées sur la conception d’un temps linéaire orienté par le progrès, les régimes modernes d’historicité ils prétendaient rompre avec l’histoire sacrée, puis avec le modèle ancien de l’histoire exemplaire (historia magistra vitae) et enfin avec les belles-lettres.

Aujourd’hui, cette matrice occidentale de l’écriture de l’histoire fait l’objet d’une critique toujours plus radicale, menée en parallèle à celle de la modernité. Dès lors, la concurrence entre les historiens professionnels et d’autres acteurs, politiques et sociaux, engagés dans des représentations multiples du passé, mine l’autorité revendiquée par les premiers sur l’écriture légitime de l’histoire. La référence au passé semble plus que jamais une activité essentielle de légitimation, de critique, de revendication, comme en témoignent les débats sur la mémoire, le retour en force de l’histoire dans la littérature et les arts, ou encore les enjeux politiques constitués autour des façons de représenter et d’enseigner le passé. Dans ces débats, les historiens professionnels jouent un rôle qui reste important mais qui n’est plus hégémonique, et qui doit être sans cesse interrogé.

Le parti-pris méthodologique du GEHM est de ne pas séparer débats historiographiques savants et usages politiques ou profanes de l’histoire. Quatre champs de recherche visent à interroger, sous différents angles et dans une perspective historique, la réflexivité historiographique des sociétés modernes : les usages publics du passé ; l’historiographie des Lumières ; les conceptions du temps historique ; l’historiographie de la seconde guerre mondiale et de la persécution des juifs. Bien entendu, ces différents chantiers invitent à des échanges permanents avec d’autres groupes de recherche, comme en témoignent le rôle des correspondants du GEHM dans plusieurs institutions françaises et étrangères.

cnrs
ehess

flux rss  Actualités

L'historien sur le métier : conversations avec Carlo Ginzburg

Colloque - Vendredi 9 septembre 2022 - 09:00Depuis une cinquantaine d'années (la première édition de I Benedanti remonte à 1966), l'œuvre de Carlo Ginzburg ne cesse de bouleverser le métier de l'historien en lui offrant un nouveau plan d'enquête (la micro-histoire), une série de nouveaux concepts (le paradigme indiciaire entre autres), de nouveaux objets et de nouvelles inquiétudes. Ses enquêtes ont contribué à redistribuer les lignes de partage entre histoire et sciences humaines (anthropol(...)

Lire la suite

"Croire en l'histoire ?"

Table ronde - Samedi 20 novembre 2021 - 10:00Du 18 au 21 novembre se déroule à Marseille la 28è édition des recontres d'Averroès, événement invitant un large public à penser la Méditerranée des deux rives. Avec un thème différent chaque année, quatre tables rondesjalonnent les quatre jours de la manifestation, dont le programme est enrichi de différents formats (tables rondes, concerts, spectacles, lectures) en résonance avec.  le thème.Dans le cadre de l'édition  2021 sur le thème "Croyance(...)

Lire la suite

Autour de l'ouvrage d'Antoine Lilti

Débat - Lundi 3 février 2020 - 14:00Les Lumières sont souvent invoquées dans l’espace public comme un combat contre l’obscurantisme, combat qu’il s’agirait seulement de réactualiser. Des lectures, totalisantes et souvent caricaturales, les associent au culte du Progrès, au libéralisme politique et à un universalisme désincarné.Or, comme le montre ici Antoine Lilti, les Lumières n’ont pas proposé une doctrine philosophique cohérente ou un projet politique commun. En confrontant des auteurs em(...)

Lire la suite

EHESS
CRH - GEHM
54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : 33 (0)1 49 54 25 74

Pôle Gestion :
gilles.aissi (a) ehess.fr

Pôle Comm :
nadja.vuckovic(a) ehess.fr
 

Dernière modification :
04/12/2022