Actualités (2013-2024) | 2023

Autour de l'ouvrage de Felicia McCarren, One Dead at the Paris Opera Ballet

Jeudi 9 février 2023 de 15h à 17h - Table ronde

Autour de l'ouvrage de Felicia McCarren, One Dead at the Paris Opera Ballet

Présentation

In 1866, when the ballet La Source debuted, the public at the Paris Opera may have been content to dream about its setting in the verdant Caucasus, its exotic Circassians, veiled Georgians, and powerful Khan. Yet the ballet’s botany also played to a public thinking about ethnic and exotic others at the same time-and in the same ways-as they were thinking about plants. Along with these stereotypes, with a flower promising hybridity in a green ecology, and the death of the embodied Source recuperated as a force for regeneration, the ballet can be read as a fable of science and the performance as its demonstration.  Programmed for the opening gala of the new Opera, the Palais Garnier, in 1875 the ballet reflected not so much a timeless Orient as timely colonial policy and engineering in North Africa, the management of water and women.

One Dead at the Paris Opera Ballet takes readers to four historic performances, over 150 years, showing how-- through the sacrifice of a feminized Nature-- La Source represented the biopolitics of sex and race, and the cosmopolitics of human and natural resources. Its 2011 reinvention at the Paris Opera, following the adoption of new legislation banning the veil in public spaces, might have staged gender and climate justice in sync with the Arab Spring, but opted instead for luxury and dream.  Its 2014 reprise might have focused on decolonizing the stage or raising eco-consciousness, but exemplified the greater urgency attached to Islamist threat rather than imminent climate catastrophe, missing the ballet’s historic potential to make its audience think.

Version française :

Lors de son début à l’Opéra de Paris en 1866, le ballet La source aurait enchanté un public cherchant un paradis sur terre : la mise en scène propose un Caucase verdoyant, peuplée de Circassiens, de Georgiennes voilées, et d’un puissant Khan. Or, la thématique botanique dans le ballet parlait à un public déjà familier avec les écrits de voyageurs naturalistes représentant des rencontres avec des étrangers exotisés selon des notions de classification botanique des plantes. A côté donc des stéréotypes théâtraux, tels une fleur promettant l’hybridité dans une écologie verte, ou encore le sacrifice tragique de La Source incarnée par une ballerine, on pourrait lire dans ce ballet une fable sur la science dont le spectacle fut sa démonstration. Programmé pour l’inauguration du Palais Garnier en janvier 1875, le ballet a moins reflété un Orient atemporel et idéalisé que l’actualité d’un Maghreb colonisé, la politique coloniale en Afrique du Nord, et sa gestion de l’eau et du subalterne.

One Dead at the Paris Opera Ballet emmène son lecteur à travers quatre représentations historiques du ballet La Source afin de montrer comment, pendant un siècle et demi, et dans le sacrifice d’une Nature féminisée, ce ballet a mis en scène une politique sexuelle et raciale, et une cosmopolitique des ressources humaines et naturelles. Sa réinvention en 2011, suite à l’adoption de la loi sur la dissimulation du visage dans l’espace de la République française, aurait pu afficher une politique écoféministe inspirée par le printemps arabe, or la production a opté pour une rhétorique du luxe et un ré-enchantement du public. La reprise du ballet en 2014 aurait pu rejoindre les efforts de décoloniser la scène, il aurait pu proposer une réflexion écologique, mais elle a préféré signaler un état d’urgence rattachée à la violence islamiste tout en ignorant la crise climatique qui s’est retrouvé reléguée, par conséquent, à l’arrière-plan de la scène politique. En ceci, la production a désavoué le potentiel historique de ce ballet, privant ainsi son public d’une matière importante à la réflexion collective.

Autour de l'autrice Felicia Mc Carren (Tulane University), interviendront Elizabeth Claire (Histoire du Genre-GEHM), Judith Lyon-Caen (GRIHL-HHS), Raphaël Morera (GRHEN) et Silvia Sebastiani (GEHM).

Contact : elizabeth.claire@ehess.fr ou nadja.vuckovic@ehess.fr

 

Lieu

EHESS (Salle de co-working, A4_32, 4e étage)
54, bouelvard Raspail
75006 Paris


 

Rubriques à consulter

cnrs
ehess

flux rss  Actualités

L'historien sur le métier : conversations avec Carlo Ginzburg

Colloque - Vendredi 9 septembre 2022 - 09:00Depuis une cinquantaine d'années (la première édition de I Benedanti remonte à 1966), l'œuvre de Carlo Ginzburg ne cesse de bouleverser le métier de l'historien en lui offrant un nouveau plan d'enquête (la micro-histoire), une série de nouveaux concepts (le paradigme indiciaire entre autres), de nouveaux objets et de nouvelles inquiétudes. Ses enquêtes ont contribué à redistribuer les lignes de partage entre histoire et sciences humaines (anthropol(...)

Lire la suite

"Croire en l'histoire ?"

Table ronde - Samedi 20 novembre 2021 - 10:00Du 18 au 21 novembre se déroule à Marseille la 28è édition des recontres d'Averroès, événement invitant un large public à penser la Méditerranée des deux rives. Avec un thème différent chaque année, quatre tables rondesjalonnent les quatre jours de la manifestation, dont le programme est enrichi de différents formats (tables rondes, concerts, spectacles, lectures) en résonance avec.  le thème.Dans le cadre de l'édition  2021 sur le thème "Croyance(...)

Lire la suite

Autour de l'ouvrage d'Antoine Lilti

Débat - Lundi 3 février 2020 - 14:00Les Lumières sont souvent invoquées dans l’espace public comme un combat contre l’obscurantisme, combat qu’il s’agirait seulement de réactualiser. Des lectures, totalisantes et souvent caricaturales, les associent au culte du Progrès, au libéralisme politique et à un universalisme désincarné.Or, comme le montre ici Antoine Lilti, les Lumières n’ont pas proposé une doctrine philosophique cohérente ou un projet politique commun. En confrontant des auteurs em(...)

Lire la suite

EHESS
CRH - GEHM
54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : 33 (0)1 49 54 25 74

Pôle Gestion :
gilles.aissi (a) ehess.fr

Pôle Comm :
nadja.vuckovic(a) ehess.fr
 

Dernière modification :
08/06/2024